Pratiquer l’écoute à la manière des bodhisattvas
29 novembre 2016 Sandra Lacombe

Pratiquer l’écoute à la manière des bodhisattvas

Posted in Blogue, Contrôler mes émotions, Paix intérieure

Le bodhisattva désigne celui qui a formé le vœu de suivre le chemin indiqué par le Bouddha Shakyamuni, qui a pris le refuge auprès des trois joyaux (Bouddha, dharma et Sangha) et  qui respecte strictement les disciplines destinées aux Bodhisattvas. Il  aide d’abord les autres êtres sensibles à s’éveiller tout en progressant lui-même vers son propre éveil définitif. Wikipédia

L’une des pratiques du bodhisattva est l’écoute compassionnelle. L’art de l’écoute profonde prend siège dans la respiration consciente. Elle permet d’aligner le corps et l’esprit. Elle ne consiste pas à analyser, juger ou à tenter de découvrir le mal qui se cache derrière les paroles. Elle a, avant toute chose, l’objectif d’apaiser le cœur en laissant l’autre personne s’exprimer. Le but ultime étant que la personne ressente enfin qu’on la comprenne.

Pour empêcher votre colère de se manifester durant l’écoute, il est requis de maintenir votre niveau de compassion élevé. Si vous n’y arrivez pas, les paroles de l’autre risqueraient de vous plonger dans une profonde hargne. La compassion vous servira, ainsi, de bouclier.

Si vous souhaitez agir comme un Grand Être pendant votre écoute, c’est parce que vous savez que l’autre personne est désespérée et qu’elle a besoin de votre aide. Mais, vous aurez besoin de bien maîtriser vos outils pour y arriver. Votre matériel doit être en parfaite condition, sinon gare à vous.

Quand vous écoutez attentivement une personne qui souffre, vous entrez au cœur de la souffrance et de la colère qui consume votre interlocuteur. Sans vos outils vous ne pourrez pas aider cette personne et vous serez vous aussi consumé par des sentiments négatifs.

Dans une telle situation, votre équipement est la compassion. Nourrissez-la de la pratique de la respiration consciente. Celle-ci génère l’énergie de la Pleine Conscience. Si les paroles de l’autre sont remplies d’amertume, de condamnations, et de jugements, il vous suffit de maintenir vivante votre compassion, grâce à la respiration consciente, pour en être protégé. Vous serez capable, avec la pratique, de rester assis et d’écouter pendant une heure sans en être affecté. Votre compassion vous nourrira, car vous saurez que vous êtes en train de soulager l’autre de son malheur.

Jouez le rôle d’un bodhisattva et vous figurerez parmi les meilleurs thérapeutes

Comments (0)

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

%d blogueurs aiment cette page :